Crises d'angoisses : Les 7 erreurs à éviter

Crises d’angoisses : Les 7 erreurs à éviter

De nombreuses personnes font des erreurs avec leurs angoisses. En fait, l’un des problèmes d’angoisse est que l’angoisse elle-même peut rendre les erreurs plus susceptibles de se produire – parce que l’angoisse change les processus de pensée et les sentiments d’une manière qui peut vous amener à prendre des décisions qui sont contre-productives pour guérir l’anxiété.

L’abus d’alcool en est un bon exemple. Les gens se tournent vers l’alcool pour réduire leurs angoisses parce qu’il peut en atténuer les symptômes, mais en réalité, il aggrave l’angoisse parce qu’il remplace la capacité de votre esprit à faire face au stress. Il s’agit peut-être d’un exemple extrême, mais il existe des erreurs plus courantes que presque tout le monde commet et qui aggravent l’angoisse.

Sommaire

7 erreurs que j’ai commises pendant mon rétablissement de mes angoisses

7 erreurs que j'ai commises pendant mon rétablissement de l'angoisse

Cacher mon angoisse aux autres

Le sentiment de honte a commencé à dominer ma vie lorsque l’angoisse est devenue chronique. Je ne voulais pas que quelqu’un sache que je souffrais d’un trouble anxieux, car j’avais créé dans ma tête un récit sur qui j’étais et comment je voulais être perçue par les autres. Par crainte d’être rejetée par la société et de ruiner ma réputation, j’ai décidé de garder mon angoisse comme un sale petit secret, ce qui n’a fait qu’aggraver mon angoisse.

Je croyais que le fait de toujours  » surmonter  » les angoisses était le moyen de la faire disparaître.

J’ai découvert à la dure que nous avons tous besoin de temps pour « nous reposer et digérer ». J’ai souvent évité de prendre soin de moi, car je pensais que prendre le temps de regarder Netflix signifiait que j’étais paresseuse. La vérité est que nous devons tous trouver des activités qui permettent à notre système nerveux parasympathique de s’engager afin que nos nerfs puissent se reposer.

Passer des quantités excessives de temps à faire des recherches sur les angoisses

Je ne peux pas vous dire combien de livres, de blogs, de vidéos YouTube et de podcasts j’ai écouté afin de « résoudre » mon problème d’angoisse. La vérité est que notre esprit est excellent pour résoudre des problèmes tels que les questions financières, les réparations d’entretien, etc., mais l’esprit est TERRIBLE pour résoudre ses propres problèmes.

Je cherchais à me rassurer avec ma femme

La recherche du réconfort est un symptôme classique de l’angoisse. Le problème de ce comportement est qu’il atténue souvent nos inquiétudes à court terme, mais qu’à long terme, il ne nous aide jamais. Des inquiétudes telles que « Ai-je endommagé mon système nerveux de façon irrémédiable ? » ou « Y a-t-il quelque chose d’autre dans ma vie qui cause cette angoisse ? » semblaient toujours revenir, même après avoir été rassuré par ma femme. Ce comportement peut également nuire à vos relations avec les personnes auprès desquelles vous cherchez à vous rassurer, et ce, pour de nombreuses raisons.

Présenter l’angoisse comme l’ennemi que je dois vaincre

Lorsque j’ai reçu un diagnostic de trouble d’anxiété généralisée (TAG), d’anxiété sociale et de trouble de panique, j’ai établi dans mon esprit (sans même m’en rendre compte) un récit selon lequel j’avais maintenant un ennemi à vaincre – ce qui m’a conduit à la recherche excessive dont j’ai parlé plus tôt. Je m’imaginais aussi en train de battre mon anxiété, ce qui pouvait m’aider temporairement, mais elle revenait toujours se venger.

S’engager dans des pratiques pseudo-scientifiques

Au tout début de mon histoire d’anxiété, j’ai décidé de me soigner avec des  » antidotes  » que je trouvais sur Internet. L’une de mes plus grosses erreurs a été de tomber dans le piège de pratiques qui n’étaient pas des traitements fondés sur des preuves pour les troubles anxieux. Je me suis laissé séduire par des pratiques comme la « loi de l’attraction », qui suggère que, par la méditation, nous pouvons attirer ce que nous voulons dans notre vie par la seule pensée (pour moi, il s’agissait d’être libéré de l’anxiété !) Eh bien, laissez-moi vous faire gagner du temps et vous dire simplement… que cette merde ne fonctionne pas.

Éviter les activités jusqu’à ce que je sois  » guérie « 

À cause de ma peur que les autres découvrent ma crise de santé mentale, j’ai inconsciemment décidé d’éviter les gens et les activités que j’aimais jusqu’à ce que je sois « guéri ». Malheureusement, cela n’a fait que rendre ma vie plus petite, moins joyeuse, moins significative et, vous l’avez deviné, a aggravé mon angoisse.

Les erreurs les plus courantes en matière d’angoisses

Les erreurs les plus courantes en matière d'angoisses

Il y a tellement d’erreurs que les gens font avec leur angoisse. Consommer de la caféine peut être un moyen d’aggraver les symptômes de l’anxiété. Ne pas respirer correctement, ce qui peut contribuer à l’hyperventilation. Se permettre d’être hyper-concentré sur quelque chose, comme avoir éteint quelque chose ou se souvenir de faire quelque chose avant de quitter la maison ou le bureau.

Une autre erreur courante des personnes souffrant d’angoisse est de se morfondre. Dans ce cas, il s’agit de l’idée que vous avez besoin d’être « seul ». L’idée que vous devez rentrer chez vous après une dure journée de travail, ne rien faire d’autre que de vous asseoir et de réfléchir, et que cela atténuera votre stress et votre angoisse.

Le problème de la déprime

femme qui déprime

Le fait de se morfondre – ou de se morfondre sous une forme ou une autre – est incroyablement courant. Par se morfondre, nous n’entendons pas prendre le temps de se ressourcer. Tout le monde a besoin d’un peu de solitude de temps en temps. Passer quelques heures à se détendre à la fin d’une journée difficile est un excellent moyen de réduire le stress.

Non, dans ce cas, la « morosité » est cette idée que ne rien faire est une solution à l’angoisse. C’est le fait d’éviter intentionnellement tout changement de vie, de se sentir mal dans sa peau et d’espérer que l’anxiété disparaîtra.

Le fait d’avoir l’impression que vous devez vous asseoir et ne rien faire et que vous vous sentirez mieux d’une manière ou d’une autre est une fonction de l’angoisse. L’anxiété épuise complètement le corps. Elle rend difficile l’envie de faire quoi que ce soit. L’anxiété vous donne l’impression que vous voulez être seul et que la meilleure stratégie pour vous en débarrasser est de « végéter » jusqu’à ce que vous vous sentiez mieux.

Malheureusement, il s’agit là d’une erreur courante qui risque d’aggraver considérablement votre anxiété. Idéalement, vous devez rester actif. Vous devez être entouré d’amis et faire de votre mieux pour sortir. Vous devez faire de l’exercice et vivre de nouvelles expériences. Le fait d’éviter ces expériences parce que vous voulez faire face seul à votre anxiété entraîne plusieurs problèmes qui aggravent l’angoisse :

  • Inactivité – Le plus gros problème est sans aucun doute l’inactivité. L’exercice et le fait de rester physiquement actif et de bouger sont essentiels non seulement pour la santé physique, mais aussi pour la santé mentale. Le mouvement et l’exercice améliorent la fonction hormonale et la production de neurotransmetteurs, tout en vidant le corps de l’excès d’énergie qui, autrement, rendrait l’esprit et le corps plus stressés. Bouger et rester actif en général est crucial pour la gestion de l’angoisse, et l’inactivité due au fait de se morfondre rend cela beaucoup plus difficile.
  • Pensées incontrôlées – L’angoisse modifie la façon dont vous pensez, et malheureusement, cela signifie souvent que vos pensées sont votre pire ennemi. Beaucoup de gens ne réalisent pas que l’anxiété et les crises d’angoisse sont souvent causées par le fait de se laisser aller à penser, car l’esprit finit par penser à des choses négatives. Rester actif permet de distraire votre esprit, et les distractions vous procurent une pause mentale qui peut réduire les futurs symptômes d’anxiété.
  • Besoins sociaux – Les êtres humains sont naturellement des créatures sociales. Être entouré de personnes que vous aimez et qui vous rendent heureux est un outil important pour combattre l’angoisse. En général, si vous pouvez passer du temps avec des gens et parler aux autres, vous avez plus de chances de trouver la vie plus agréable. Plus vous appréciez votre vie, plus il vous sera facile de gérer votre anxiété.
  • Manque d’objectifs – Enfin, l’anxiété vous pousse à trop vous concentrer sur les  » et si ?  » de la vie. L’une des stratégies permettant de réduire l’anxiété consiste à se fixer des objectifs, notamment parce que cela vous donne quelque chose à espérer dans l’avenir. Rester actif en pratiquant des activités agréables donne de l’espoir, et l’espoir est important pour s’engager dans le traitement de l’anxiété.

La façon dont vous réagissez à l’anxiété est importante. Elle peut être difficile à contrôler, mais elle est importante. Les personnes qui s’efforcent de rester actives et de distraire leur esprit des pensées négatives ne vont pas guérir leur anxiété, car celle-ci n’est pas si simple à résoudre. Mais, lorsqu’ils s’engagent finalement dans un traitement contre l’anxiété, ils ont plus de chances de voir les résultats parce qu’ils se sont mis dans une position où leur anxiété n’est pas capable de les contrôler complètement.

Les comportements de déprime ne sont pas la seule erreur des personnes souffrant d’anxiété, et ce n’est peut-être même pas la pire. Mais il s’agit d’une réaction très répandue à l’anxiété et au stress, et il faut y mettre fin pour pouvoir gérer son anxiété.

L’alcool aggrave-t-il l’angoisse ?

L'alcool aggrave-t-il l'angoisse ?

Se morfondre est une erreur qu’il est facile d’ignorer et qui aggrave également l’angoisse. Mais ce n’est pas la seule. Par exemple, de nombreuses personnes trouvent qu’elles se sentent plus  » calmes  » et plus détendues lorsqu’elles boivent de l’alcool. Mais l’alcool ne fait qu’engourdir l’anxiété sur le moment, au lieu de fournir un quelconque remède.

Si l’alcool peut engourdir votre angoisse, il affaiblit également votre capacité à faire face au stress. Votre esprit s’attend à ce que l’alcool soit l’outil que vous utilisez pour le faire disparaître, et vous devenez moins susceptible d’être capable de réduire votre anxiété sans lui. Comme l’alcool provoque également des maladies, la déshydratation, une mauvaise prise de décision et l’insomnie, il finit par créer plus d’anxiété qu’il n’en a soulagé.

Le café aggrave-t-il l’angoisse ?

anxiéte et café

La caféine peut avoir des effets contradictoires sur les personnes anxieuses. Pour certaines personnes, la caféine, comme une tasse de café, peut les rendre moins anxieuses parce qu’elle libère dans le cerveau une substance chimique appelée dopamine.

Pour d’autres, en revanche, le café accélère le rythme cardiaque, ce qui déclenche une crise d’angoisse. Certains peuvent se retrouver déshydratés, car le café est un diurétique, et ils ne boivent donc pas assez d’eau. D’autres encore se couchent trop tard parce qu’ils boivent du café tard le soir et ne parviennent pas à dormir suffisamment.

Le café lui-même n’est pas en cause. Mais ne pas reconnaître comment le café – ou tout autre comportement – peut contribuer à l’anxiété est une erreur. Un peu de prise de conscience personnelle et la volonté de changer peuvent faciliter le contrôle de vos symptômes d’anxiété.

Autres erreurs liées aux angoisses

Les erreurs liées à l’anxiété se produisent presque tous les jours. Il peut être assez difficile de gérer l’anxiété, même avec le traitement le plus efficace, alors lorsque des erreurs se produisent, il peut être difficile de réduire votre anxiété, surtout sans aide. Voici quelques exemples d’erreurs courantes en matière d’anxiété

  • Écouter de la musique négative ou morose, plutôt que de la musique optimiste, heureuse ou relaxante.
  • Se soumettre volontairement à des situations anxieuses et stressantes, comme les films d’horreur ou même les informations du soir.
  • Passer du temps avec des personnes qui sont souvent négatives.
  • Prendre des médicaments sans les associer à un traitement à long terme comme une thérapie.
  • Abandonner une stratégie de réduction de l’anxiété lorsqu’elle ne fonctionne pas immédiatement.

Mal interpréter les symptômes de l’angoisse

Mal interpréter les symptômes de l'angoisse

Les signes et les symptômes d’un trouble anxieux peuvent ressembler aux symptômes d’une maladie physique. Par conséquent, de nombreuses personnes minimisent ou interprètent mal leurs symptômes et retardent ainsi la recherche d’un diagnostic. Par exemple, des nausées peuvent être liées à une intoxication alimentaire, mais elles peuvent aussi être un signe de trouble anxieux généralisé (TAG). Un pouls soudain et rapide peut être le signe d’un problème cardiaque, mais aussi d’une crise d’angoisse. Au lieu d’essayer d’établir un autodiagnostic, demandez de l’aide à un spécialiste de la santé comportementale en cas de symptômes physiques récurrents ou persistants, sans qu’aucun problème médical sous-jacent ne soit connu.

Penser que les troubles anxieux ne touchent que les adultes

Penser que les troubles anxieux ne touchent que les adultes

Les symptômes des troubles anxieux se manifestent souvent avant l’âge de 21 ans. Vous devez donc être attentif aux signes et symptômes d’anxiété chez votre enfant d’âge scolaire. Par exemple, un enfant anxieux peut s’inquiéter excessivement d’événements ou de situations ordinaires, comme le fait de manquer le bus pour l’école alors qu’il ne l’avait jamais manqué auparavant. L’abandon soudain d’un sport favori pour des raisons ambiguës ou le refus de participer à un concert ou à un spectacle prévu à la dernière minute peuvent être des signaux d’alarme. Surveillez également les plaintes matinales fréquentes et vagues, comme les maux d’estomac, qui ne peuvent être attribuées à une maladie physique. Enfin, gardez l’œil ouvert sur des symptômes physiques tels qu’une perte de poids inexpliquée, un changement d’habitudes alimentaires, des actes d’automutilation (comme le fait de se couper) ou l’abus de substances.

Croire que l’angoisses ne touche que les femmes

Croire que l'angoisse ne touche que les femmes

S’il est vrai que les femmes sont 60 % plus susceptibles de recevoir un diagnostic d’anxiété que les hommes, la vérité est que tout le monde peut souffrir d’un trouble anxieux. Il est possible que les hommes ne soient pas diagnostiqués aussi souvent que les femmes parce qu’ils sont moins enclins à demander de l’aide pour un problème de santé mentale. Les troubles anxieux ne connaissent pas de limites en termes de sexe, d’âge ou d’origine ethnique. Toute personne qui présente les signes et symptômes courants de l’anxiété devrait envisager de consulter un médecin.

Croire que l’angoisse est une situation de « l’esprit au-dessus de la matière ».

Croire que l'angoisse est une situation de "l'esprit au-dessus de la matière".

Les personnes anxieuses (ou leur entourage) croient parfois qu’elles devraient pouvoir « s’en sortir ». Mais si une personne pouvait se débarrasser de son anxiété par la pensée, personne ne serait jamais confronté à ce trouble parfois débilitant. La bonne nouvelle, c’est que l’anxiété réagit souvent bien aux traitements, y compris aux médicaments pour traiter certains des symptômes, à la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) pour apprendre de nouvelles techniques d’adaptation, et même aux thérapies complémentaires comme la méditation, les massages, l’aromathérapie et les techniques générales de gestion du stress.

Arrêt des médicaments sans surveillance

Arrêt des médicaments sans surveillance

Certaines personnes réagissent bien aux médicaments contre l’anxiété. D’autres éprouvent des effets secondaires qui peuvent inclure, entre autres, la fatigue, les cauchemars ou les douleurs articulaires. Cependant, il ne faut jamais arrêter brusquement de prendre un médicament contre l’anxiété, car cela pourrait déclencher une crise d’angoisse ou provoquer de graves symptômes de sevrage. Il est préférable de discuter de tout effet secondaire avec le médecin qui supervise votre traitement. Il vous sera peut-être possible de passer à un autre médicament et d’obtenir un soulagement des symptômes de l’anxiété sans effets secondaires désagréables.

Croire que l’anxiété s’accompagne toujours d’une dépression

angoisses et depression

Les termes « anxiété » et « dépression » étant souvent liés, de nombreuses personnes pensent que l’anxiété et la dépression constituent un seul et même trouble. Mais en réalité, il s’agit de diagnostics distincts. Un trouble anxieux se caractérise par une peur ou une détresse accablante ou irrationnelle en réponse à une situation non menaçante. Les symptômes de la dépression, quant à eux, peuvent inclure la tristesse, une fatigue extrême et une perte de plaisir dans la vie quotidienne. Il est tout à fait possible de souffrir d’anxiété sans être déprimé, et vice versa.

La liste des erreurs liées à l’anxiété est incroyablement longue, car l’anxiété amène les gens à se concentrer sur des sentiments et des émotions négatifs qui les empêchent de prendre de meilleures décisions. Cependant, en prenant conscience des erreurs que vous commettez en relation avec vos symptômes d’anxiété, vous vous engagez sur la voie d’une gestion plus efficace.

Conseils pratiques pour vaincre l’angoisse

1. Consultez un médecin

Cela semble évident, mais je recommande vivement à toute personne qui subit des crises d’angoisses de consulter un médecin. Au début, pendant que vous en apprenez davantage sur votre état, le médecin peut vous prescrire des médicaments à court terme, comme le diazépam, pour vous calmer.

De plus, il est toujours bon qu’un médecin confirme que vous n’avez pas de problème cardiaque et qu’il s’agit bien d’anxiété ou de crises d’angoisses. Lors de ma première visite, j’ai fait irruption dans le bureau et déclaré que j’étais en train de mourir ! Mon médecin m’a confirmé le contraire.

2. Respirez profondément par le ventre

Saviez-vous que de nombreux symptômes d’une crise d’angoisses, comme les vertiges et les battements de cœur, sont en fait intensifiés parce que vous ne respirez pas correctement ? Lorsque nous paniquons, nous respirons dans notre poitrine, ce que l’on appelle une respiration superficielle.

Essayez plutôt d’utiliser les muscles de votre estomac lorsque vous respirez. Cela augmentera la quantité d’oxygène dans le corps et aidera à ralentir les choses. Consultez ma vidéo sur les techniques de respiration pour plus de détails.

3. Acceptez que cela se produise

C’est un exercice difficile, mais l’acceptation est très efficace lorsqu’il s’agit de faire face à une attaque d’angoisses. Nous combattons instinctivement les crises d’angoisses parce qu’elles sont terribles et que nous ne voulons pas les vivre. C’est comme demander à un homme s’il aimerait recevoir un coup de pied dans les couilles ? Non merci ! Cependant, cette résistance prolonge la durée de vie de l’attaque en envoyant davantage de signaux de détresse au cerveau.

Alors, comment accepter une attaque ? Dites-vous, à voix haute ou intérieurement : « Ce n’est qu’une attaque d’angoisses. Elle ne peut pas me faire de mal ou me rendre fou. Elle ne peut pas me faire faire de bêtises. Le pire qui puisse arriver, c’est que je me sente très mal à l’aise pendant un moment, puis que cela disparaisse. Je peux faire face à ça. Je suis en sécurité. »

Laissez-vous envahir par cette idée comme une vague, puis commencez à respirer lentement par le ventre. Il est bon aussi de tendre puis de détendre vos muscles, car cela vous réconfortera.

4. Exposez-vous à vos déclencheurs

Cette technique n’est pas facile à maîtriser, mais une fois que vous en maîtrisez les principes de base, elle change la donne. Après une attaque, notre instinct nous pousse à éviter la situation qui l’a déclenchée. Par exemple, dans la nature, si vous vous faites attaquer par un crocodile près d’un lac, vous vous méfiez de ce lac. Et pour cause !

Cependant, dans le monde normal de tous les jours, éviter les déclencheurs d’une attaque est une grosse erreur. Pourquoi ? Parce que le fait de les éviter confirmera à votre cerveau que la situation était dangereuse, et chaque fois que vous vous retrouverez dans une situation similaire, une crise d’angoisses sera déclenchée. Votre monde deviendra de plus en plus petit jusqu’à ce que l’angoisse dirige votre vie.

La meilleure façon de lutter contre ce phénomène est de vous exposer délibérément à des situations qui vous rendent anxieux, ce qui déclenche une attaque. Oui, je sais que cela semble horrible, mais écoutez-moi bien. Si vous ne bougez pas et acceptez l’attaque, elle communiquera à votre cerveau qu’il n’y a rien à craindre. Cette information sera stockée et vous serez moins susceptible d’avoir une attaque la prochaine fois que vous vous trouverez dans ce type de situation.

La clé est de commencer petit à petit et de progresser. Si vous avez peur de conduire, ne prévoyez pas de voyage en voiture pour votre première tâche ! Dressez une liste de choses à faire chaque jour. Par exemple :

  • Monter dans la voiture, mais laisser la porte ouverte.
  • Monter dans la voiture et fermer la porte.
  • Montez dans la voiture, mettez votre ceinture de sécurité et mettez le contact.
  • Montez dans la voiture et roulez lentement jusqu’au bout de votre rue.

La lenteur et la régularité sont la voie à suivre pour l’exposition. Apprenez à votre cerveau que vous pouvez faire face à une attaque lorsqu’elle se produit.

5. Faites de l’exercice

Les crises d’angoisse sont provoquées par un excès d’adrénaline. Un bon moyen de réguler votre taux d’adrénaline est donc de faire de l’exercice cardiovasculaire. La course à pied, les sports d’équipe ou même une bonne marche rapide sont tous bons. N’oubliez pas de consulter votre médecin avant de commencer un nouveau programme d’exercices.

Est-ce de l’angoisse ou autre chose ?

La liste des erreurs liées à l’angoisse est incroyablement longue, car l’anxiété amène les gens à se concentrer sur des sentiments et des émotions négatifs qui les empêchent de prendre de meilleures décisions. Cependant, en prenant conscience des erreurs que vous commettez en relation avec vos symptômes d’anxiété, vous vous engagez sur la voie d’une gestion plus efficace.

Articles sponsorisés

Continuer à lire

Articles similaires

Les avantages de sourire en courant – style Kipchoge

Comment faire durer le parfum plus longtemps en 5 étapes faciles

Atteignez vos objectifs de soins de la peau grâce à des achats ciblés

Découvrez nos produits

Nouveautés

appareils anti ronflement

Neti Pot en céramique

34.99
-33%
49.99
-44%
99.75
-50%
49.99
-46%
64.99
-23%
84.99
0
    0
    Panier
    Le panier est vide Retourner à la boutique