homme qui tient fermement le bras d'une femme

Profil psychologique d’un homme qui bat sa femme

La violence domestique est la première cause de blessure pour les femmes, envoyant chaque année plus d’un million d’entre elles dans les cabinets médicaux ou les salles d’urgence. Cette violence n’est pas perpétrée par les mains d’un étranger mais par celui qui a dit je t’aime. Jetons un coup d’œil dans l’esprit des hommes qui commettent des violences.

Je souhaite partager les connaissances et les expériences que j’ai acquises en animant des groupes et en conseillant plus de 1 000 hommes qui ont abusé de leur partenaire. Il y a trop de femmes et d’hommes qui meurent, de personnes qui sont blessées, et beaucoup trop d’enfants qui grandissent dans des foyers violents pour devenir plus tard eux-mêmes des victimes ou des agresseurs.

Qu’est-ce que la violence domestique ?

ruban contre la violence doméstique

La violence domestique se produit lorsqu’un partenaire abuse physiquement, verbalement, émotionnellement et sexuellement de son partenaire intime en exerçant un pouvoir et un contrôle sur lui. La violence domestique existe dans toutes les cultures, races, religions et classes sociales, ainsi que dans les relations homosexuelles. Nous constatons que la violence domestique est perpétrée par des hommes et des femmes, 95 % des cas de violence domestique signalés sont des hommes qui abusent des femmes et 5 % des cas de violence domestique signalés sont des femmes qui abusent des hommes.

Statistiques nationales

homme qui bat sa femme

Toutes les 12 secondes, une femme est maltraitée par son partenaire intime en France.
Trente-sept pour cent des femmes enceintes sont battues pendant leur grossesse, notamment par des coups à l’abdomen.
Il y a plus de refuges pour animaux que de refuges pour les victimes de violence domestique en France.
Ces chiffres sont stupéfiants et ils sont en augmentation. Cependant, il ne s’agit que de ce qui est rapporté, imaginez combien d’autres femmes sont maltraitées mais ne signalent jamais l’incident.

Le cycle de la violence conjugale

  • Phase 1 : Création d’une tension ; en général, la tension monte chez l’agresseur et il y a généralement une dispute.
  • Phase 2 : Explosion : l’agression a lieu.
  • Phase 3 : Lune de miel ; l’agresseur s’excuse de son comportement en achetant des cadeaux ou des fleurs à la victime.

Le cycle de la violence ne s’arrêtera pas tant que l’un des partenaires ne partira pas ou ne cherchera pas à se faire soigner.

Il existe cinq types d’abus et ils commencent généralement par les moins visibles et deviennent plus évidents à mesure que la relation abusive se poursuit.

Les cinq types de violence conjugale

  • Emotionnel : jeux d’esprit
  • Verbale : injures
  • Technologique : suivi GPS, sabotage de Facebook.
  • Sexuel : forcer le partenaire à avoir des rapports sexuels pendant qu’il dort ou baser les rapports sexuels sur la Bible.
  • Physique : coups de poing, étranglement, voire meurtre.

Reconnaîtriez-vous un agresseur en le regardant ? Qu’est-ce qui les fait tiquer ? Quels sont les signes d’un agresseur ? Vous ne pouvez pas savoir si une personne est un agresseur en la regardant. Pourtant, il existe des signes et des comportements révélateurs. En voici quelques-uns :

Profil d’un homme qui bat sa femme

  • Jalousie : il interroge constamment son partenaire sur ses allées et venues, il est jaloux du temps qu’il passe loin de lui.
  • Comportement contrôlant : la victime ne peut pas obtenir un emploi, quitter la maison ou prendre un bain sans sa permission.
  • Isolement ; la victime est obligée de s’éloigner de sa famille et de ses amis afin de dépendre uniquement de l’agresseur pour son soutien.
  • Il impose des rapports sexuels contre la volonté de son partenaire.
  • Les rôles sexuels sont très rigides ; le travail de la partenaire consiste à satisfaire l’agresseur.

Les hommes qui abusent d’eux sont intelligents et extrêmement charmants. La plupart de ces hommes ont une personnalité qui attire les gens ; ils sont habiles à charmer, à tromper et à manipuler. Lorsqu’une victime dénonce une agression, elle n’est pas facilement crue. Les gens disent généralement : « Pas lui, il est si gentil. » « Tu as de la chance. »

Il fait en sorte que les personnes extérieures à la maison se laissent convaincre de sa tromperie, et la victime n’a que peu ou pas de soutien. La plupart des agresseurs sont considérés comme Jekyll et Hyde en raison du contraste frappant entre leur personnalité publique et privée. Lorsque nous examinons l’esprit et les comportements des agresseurs, le DSM cite ces critères :

Diagnostic des hommes qui bâtent leur femmes

  1. Trouble de la personnalité antisociale ; tromperie, mensonges répétés, utilisation de pseudonymes ou escroquerie à des fins de profit ou de plaisir personnel.
  2. Trouble de la personnalité limite ; un modèle de relations interpersonnelles instables et intenses, alternant entre idéalisations extrêmes et dévalorisation.
  3. Trouble de la personnalité narcissique : sentiment grandiose de sa propre importance.

Lorsque nous examinons le profil et les caractéristiques des batteurs ou des abuseurs, nous pouvons clairement voir comment le diagnostic se retrouvera dans cette population.

Caractéristiques de la personnalité des hommes qui agressent physiquement les femmes

homme point serré face à sa femme

Des études ont suggéré que les troubles de la personnalité peuvent être communs chez les hommes qui commettent habituellement des violences domestiques. L’étude rapportée ici a tenté de caractériser les traits de personnalité et les caractéristiques psychologiques et cognitives des hommes qui battent les femmes afin de les distinguer des hommes qui ne battent pas.

Méthodes de l’étude : Un groupe de 21 agresseurs a été comparé à un groupe de non agresseurs en utilisant l’inventaire de personnalité multiphasique du Minnesota et ses échelles de troubles de la personnalité (MMPIPDS) et le questionnaire sur l’hostilité et la direction de l’hostilité. La comparabilité des deux groupes a été évaluée sur plusieurs variables démographiques et sur les scores au Revised Michigan Alcoholism Screening Test, trois mesures cognitives, et trois mesures de perturbation affective.

Résultats : Les agresseurs ont obtenu des scores plus élevés uniquement sur le MMPIPDS borderline et antisocial et sur les échelles d’hostilité et d’autocritique du questionnaire d’hostilité. Les capacités de résolution de problèmes des deux groupes étaient considérablement inférieures aux normes publiées. Aucune différence significative n’a été constatée entre les groupes en ce qui concerne l’âge, la race, l’éducation, le statut socio-économique, l’abus d’alcool, la performance sur les mesures cognitives, les scores sur l’échelle de dépression ou les scores globaux sur le MMPI. Dans leur enfance, les agresseurs étaient plus susceptibles d’avoir été victimes de violence physique ou psychologique.

Conclusions de l’étude : Les hommes qui commettent des violences domestiques peuvent se trouver parmi un plus grand nombre d’hommes ayant de faibles capacités de résolution de problèmes, mais en plus ils semblent avoir des traits de personnalité borderline-antisociale, certains types d’hostilité, et des antécédents d’abus dans l’enfance qui peuvent les prédisposer à devenir violents avec leurs compagnes.

Traitement pour un homme qui bat sa femme

La thérapie de groupe est importante car elle permet à l’agresseur d’être confronté à son comportement par ses pairs. J’ai animé des groupes de 16 hommes, qui peuvent devenir conflictuels. Mais il est important que les hommes soient tenus responsables de leur comportement par les autres hommes et les animateurs du groupe. La thérapie de groupe est axée sur le respect, les techniques de communication efficaces, l’honnêteté, la non-violence et la régulation des émotions.

La thérapie individuelle est une bonne forme de traitement car elle donne à l’agresseur plus de temps pour s’exprimer sans être interrompu par les autres, mais même dans le cadre de cette thérapie, l’agresseur doit être fortement confronté et tenu responsable de son comportement. Parfois, l’agresseur voudra amener son partenaire aux séances. Je le déconseille fortement tant que les deux parties n’ont pas suivi de séances individuelles.

Les agresseurs peuvent mettre fin à leur comportement. J’ai vu de nombreux hommes changer. Je me rappelle que les gens ne sont pas leur comportement, c’est juste ce qui se manifeste à la surface et nous devons aller en dessous et traiter la cause profonde. Nous ne pouvons pas nous permettre que des femmes et des enfants vivent dans la peur. Crions-le depuis les plus hauts sommets : « Il n’y a aucune excuse à la violence domestique ».

Comment faire face à la violence conjugale ?

stop à la violence conjugale

Dans certains cas, partir ou se mettre en sécurité n’est pas une option. Voici d’autres façons de gérer la situation.

Pardonnez-vous

N’oubliez pas que ce n’est pas votre faute.

« Vous n’avez rien fait de mal qui ait causé cela », déclare le Dr Sabina Mauro, PsyD, psychologue agréée à Yardley, en Pennsylvanie. « Vous n’êtes pas responsable du fait que votre partenaire vous cause du tort. Ce n’est pas vous qui vous êtes mis dans cette situation.

« Les circonstances de la relation peuvent avoir changé depuis le début en raison d’un cycle malsain de comportements pour essayer de vous garder enfermé dans la relation », ajoute Sabina Mauro.

Renseignez-vous sur la violence domestique

La violence domestique est évidente lorsque quelqu’un vous agresse physiquement, mais il existe de nombreuses façons de la dissimuler, ce qui peut la rendre d’autant plus déroutante.

Si vous n’arrivez pas à déterminer si votre expérience est de la violence, notre questionnaire de dépistage peut vous aider.

Vous pouvez envisager d’utiliser des livres que vous pourrez cacher si votre activité sur l’écran est surveillée.

Il y a deux livres que je recommande aux personnes dans cette situation : « Codependent No More » de Melody Beattie et « Boundaries » de Cloud et Townsend », dit DeVine.

Prévoyez les altercations

Jusqu’à ce que vous puissiez partir, essayez de mettre en place des systèmes pour vous protéger, comme un mot de code pour alerter les enfants, les membres de la famille ou les amis de ce qui se passe.

« Informez vos voisins de confiance de votre situation », dit DeVine. « Ayez des signaux qui les alertent en cas d’escalade de la situation. Par exemple, vous pouvez laisser la porte du garage ouverte lorsque vous vous sentez en danger. »

Comment pouvez-vous partir en toute sécurité ou obtenir de l’aide ?

Si votre partenaire soupçonne que vous essayez de partir, il peut devenir plus violent, dit Mauro. Pour partir en toute sécurité, vous devrez peut-être planifier soigneusement une stratégie de sortie.

« Construisez votre réseau de soutien afin de pouvoir utiliser les ressources lorsque vous quittez la relation », dit-elle.

Dès que possible, essayez de

  • de dresser une liste de personnes « sûres » à qui parler
  • de prendre des photos de vos documents importants
  • de retirer lentement vos objets de valeur et vos biens personnels
  • de donner une partie de votre argent liquide à un proche
  • de faire des préparatifs pour vos animaux domestiques
  • demandez l’aide d’un thérapeute
  • Examinez les options locales

« Vous pouvez également contacter un centre d’accueil local pour les victimes de violence domestique afin d’examiner les possibilités qui s’offrent à vous », ajoute Melissa Zawisza, assistante sociale clinique agréée à Dallas. « Si vous devez partir, décidez où vous pouvez aller. Une fois que vous êtes en sécurité et que vos besoins fondamentaux sont pris en charge, vous pouvez vous concentrer sur votre guérison. »

Lorsque vous êtes en sécurité

Une fois que vous êtes hors de danger, essayez de :

  • de prendre des photos des blessures éventuelles
  • de faire des captures d’écran des messages texte
  • de sauvegarder les messages vocaux
  • Faire un rapport de police
  • de demander une ordonnance restrictive

La personnalité de l’homme qui bat sa femme en résumé

  1. La possessivité : Au début d’une relation, un agresseur peut dire que la jalousie (en fait la possessivité) est un signe d’amour. La possessivité n’a rien à voir avec l’amour. C’est un signe de manque de confiance. L’agresseur peut demander à son partenaire à qui il parle, l’accuser de flirter ou l’empêcher de passer du temps avec sa famille, ses amis ou ses enfants. Au fur et à mesure que la possessivité progresse, il peut l’appeler fréquemment pendant la journée ou passer à l’improviste. L’agresseur peut refuser de le/la laisser travailler de peur qu’il/elle rencontre quelqu’un d’autre, ou même adopter des comportements tels que vérifier le kilométrage de la voiture ou demander à des amis de le/la surveiller.
  1. Comportement de contrôle : Au début, l’agresseur dira que ce comportement est dû à son souci de la sécurité de la femme, à son besoin de bien utiliser son temps ou à son besoin de prendre de bonnes décisions. Il se mettra en colère si la femme est « en retard » en revenant du magasin ou d’un rendez-vous ; il l’interrogera de près sur les endroits où elle est allée et les personnes avec qui elle a parlé. Au fur et à mesure que ce comportement progresse, il peut ne pas laisser la femme prendre des décisions personnelles concernant la maison, ses vêtements, ou même aller à l’église. Il peut garder tout l’argent ou même l’obliger à demander la permission de quitter la maison ou la chambre.
  2. Implication rapide : De nombreuses femmes battues ont fréquenté ou connu leur agresseur pendant moins de six mois avant de se marier, de se fiancer ou de vivre ensemble. Il arrive comme un tourbillon, prétendant « tu es la seule personne à qui je pourrais jamais parler » ou « je n’ai jamais été aimé comme ça par personne ». Il fera pression sur la femme pour qu’elle s’engage dans la relation de telle manière que, plus tard, la femme pourra se sentir très coupable ou penser qu’elle le « laisse tomber » si elle veut ralentir l’implication ou rompre la relation.
  3. Attentes irréalistes : Les personnes violentes s’attendent à ce que leur partenaire réponde à tous leurs besoins. Il s’attend à être une épouse, une mère, un amant et un ami parfaits. Il dira des choses comme « si tu m’aimes, je suis tout ce dont tu as besoin, et tu es tout ce dont j’ai besoin ». Il s’attend à ce que sa partenaire s’occupe de tout pour lui sur le plan émotionnel et dans le foyer.
  4. Isolement : La personne abusive essaie de couper sa partenaire de toute ressource. Si elle a des amis masculins, c’est une « pute ». Si elle a des amies, c’est une lesbienne. Si elle est proche de la famille, elle est « attachée aux ficelles du tablier ». Il accuse les personnes qui sont les soutiens de la femme de causer des problèmes. Il peut vouloir vivre à la campagne, sans téléphone, ou refuser qu’elle conduise la voiture, ou encore essayer de l’empêcher de travailler ou d’aller à l’école.
  5. Blâmer les autres pour les problèmes : S’il est chroniquement au chômage, quelqu’un lui fait toujours du tort ou lui cherche des noises. Il peut faire des erreurs et reprocher à la femme de l’avoir contrarié et de l’avoir empêché de se concentrer sur la tâche à accomplir. Il peut dire à la femme qu’elle est responsable de pratiquement tout ce qui va mal dans sa vie.
  6. L’agresseur peut dire à sa partenaire : « Tu me mets en colère », « Tu me fais mal en ne faisant pas ce que je veux que tu fasses » ou « Je ne peux pas m’empêcher d’être en colère ». C’est lui qui décide de ce qu’il pense ou ressent, mais il utilisera ces sentiments pour manipuler son partenaire. Plus difficiles à attraper sont les affirmations « tu me rends heureux » ou « tu contrôles ce que je ressens ».
  7. Hypersensibilité : Un agresseur se laisse facilement insulter, prétendant que ses sentiments sont blessés, alors qu’en réalité il est en colère ou prend le moindre revers pour une attaque personnelle. Il va fulminer sur l’injustice des choses qui se sont produites, des choses qui font simplement partie de la vie (par exemple, se faire demander de travailler tard, recevoir une contravention, se faire demander d’aider aux tâches ménagères, ou se faire dire qu’un certain comportement est ennuyeux).
  8. Cruauté envers les animaux ou les enfants : L’agresseur peut punir brutalement les animaux ou être insensible à leur douleur ou à leur souffrance. Un abuseur peut s’attendre à ce que les enfants soient capables de choses qui dépassent leurs capacités (par exemple, il punit un enfant de 2 ans pour avoir mouillé une couche). Il peut taquiner les enfants jusqu’à ce qu’ils pleurent. Certaines études indiquent qu’environ 60 % des hommes qui abusent physiquement de leur partenaire abusent également de leurs enfants.
  9. Abus sexuel : Un agresseur peut s’attaquer physiquement aux parties intimes du corps d’une femme. Il peut ne pas se préoccuper de savoir si la femme veut avoir des relations sexuelles et utiliser la violence pour la contraindre à avoir des relations sexuelles avec lui. Il peut commencer à avoir des rapports sexuels avec sa partenaire pendant qu’elle dort. Il peut la forcer à faire des actes sexuels qu’elle trouve inconfortables, désagréables ou dégradants. Il peut exiger des rapports sexuels après l’avoir battue.
  10. Violence verbale : En plus de dire des choses qui sont intentionnellement destinées à être cruelles et blessantes, la violence verbale se manifeste aussi par le fait que l’agresseur dénigre sa partenaire, la maudit et déprécie ses réalisations. L’agresseur lui dit qu’elle est stupide et incapable de fonctionner sans lui. Il peut la réveiller pour l’agresser verbalement ou l’empêcher de s’endormir.
  11. Rôles sexuels rigides : L’agresseur attend de sa partenaire qu’elle le serve. Il peut même dire que la femme doit rester à la maison et obéir en toutes choses – même les actes de nature criminelle. L’agresseur considère les femmes comme inférieures aux hommes, responsables de tâches subalternes et incapables d’être une personne à part entière sans une relation.
  12. Personnalité Dr. Jekyll/Mr. Hyde : De nombreuses femmes sont déroutées par les changements d’humeur soudains de l’agresseur. Elles peuvent penser qu’il a un problème mental parce qu’il est d’humeur agréable et qu’il explose la minute suivante. L’explosivité et l’humeur sont typiques des hommes qui battent leur partenaire. Ces comportements sont liés à d’autres caractéristiques, comme l’hypersensibilité.
  13. Violence passée : L’agresseur peut dire qu’il a frappé des femmes dans le passé, mais les rendre responsables de la violence (p. ex.,  » elles m’ont forcé à le faire « ). La femme peut entendre de la part de parents ou d’ex-partenaires qu’il est violent. Un agresseur maltraitera toute femme avec laquelle il est en relation si la relation dure suffisamment longtemps pour que la violence commence ; les circonstances situationnelles ne rendent pas la personnalité d’une personne violente.
  14. Menaces de violence : Il s’agit de toute menace de force physique visant à contrôler le partenaire. « Je te giflerai », « Je te tuerai », « Je te briserai le cou ». La plupart des gens ne menacent pas leur partenaire. Les agresseurs tenteront d’excuser leurs menaces en disant que tout le monde parle ainsi.
  15. Briser ou frapper des objets : Briser des biens aimés est utilisé comme une punition, mais surtout pour terroriser la femme et la soumettre. L’agresseur peut frapper la table avec son poing, ou jeter des objets autour ou à proximité de sa partenaire. Le danger est grand lorsqu’une personne pense avoir le droit de punir ou d’effrayer sa partenaire.
  16. Toute forme de force pendant une dispute : Il peut s’agir pour l’agresseur de maintenir la femme au sol, de l’empêcher physiquement de quitter la pièce, de la pousser ou de la bousculer. Il peut maintenir sa partenaire contre le mur en lui disant : « Tu vas m’écouter ».

Articles sponsorisés

Continuer à lire

Articles similaires

15 cristaux à manifester + comment les utiliser, par des experts

Cancer de l’utérus et défrisant : le lien expliqué

Rihanna portait une tenue deux pièces à paillettes aveuglantes au club d’Art Basel – voir les photos

0
    0
    Panier
    Le panier est vide Retourner à la boutique

    Profitez de -10% avec le code promo "RELAX" pour mieux vous détendre !

    Appareil Aide au Sommeil
    L'Appareil d'Aide au Sommeil Just Relax™  transmet un microcourant qui stimule les neurotransmetteurs dans le cortex cérébral pour réguler l'humeur et favoriser le sommeil.
    Acheter Maintenant
    DIFFUSEUR VOLCAN
    Vous cherchez le moyen idéal d’ajouter un peu de détente à vos soirées ? Ne cherchez plus, le Diffuseur volcan est exactement ce qu’il vous faut.
    Acheter Maintenant
    Masseur Contour des Yeux
    Le masseur oculaire Neoeye™ peut raviver et rajeunir votre apparence en plus de favoriser le sommeil.
    Acheter Maintenant
    Previous
    Next