je ne supporte plus les gens

Je ne supporte plus les gens : Pourquoi et que faire ?

Personne n’aime toutes les personnes qu’il a rencontrées. La plupart des gens peuvent probablement citer quelques personnes qu’ils n’aiment pas particulièrement. Cependant, certaines personnes atteignent un stade où elles sont tellement agacées, blessées ou frustrées par les gens ou les circonstances qu’elles ont l’impression de ne plus supporter les gens.

Ce sentiment peut vous empêcher de mener votre vie et d’interagir avec les gens au quotidien. Cela peut provoquer de nombreux conflits dans vos relations avec votre famille, vos amis, vos collègues et d’autres personnes de votre entourage. La haine est également une émotion intense qui peut avoir des répercussions sur votre santé.

Cet article explore certaines des raisons pour lesquelles vous pouvez avoir l’impression d’avoir marre des gens, comment cette émotion peut affecter votre santé physique et mentale, ainsi que certaines stratégies d’adaptation qui peuvent être utiles.

Je ne supporte plus les gens quelles sont les Raison ?

pourquoi Je ne supporte plus les gens

Voici quelques-unes des raisons pour lesquelles vous pouvez avoir l’impression de ne plus supporter les gens :

  • Le stress : Le stress peut vous faire sentir accablé, paniqué, irritable et même en colère. Un stress prolongé peut entraîner des crises de colère, qui peuvent s’intensifier au point de vous donner l’impression de ne plus supporter les gens.
  • L’anxiété sociale : L’anxiété sociale peut rendre difficile l’interaction avec les gens et entraîner des émotions comme la nervosité, la peur, l’embarras et la détresse. Dans certains cas, les personnes souffrant d’anxiété sociale peuvent même réagir aux situations qui les mettent mal à l’aise avec colère et haine.
  • Personnalité introvertie : Alors que certaines personnes ont tendance à être extraverties et grégaires, d’autres préfèrent rester entre elles. Si vous êtes introverti, le fait de fréquenter des personnes extérieures à votre entourage immédiat peut vous épuiser émotionnellement. Parfois, cela peut conduire à l’agitation et à la haine des personnes et des situations en dehors de votre zone de confort.
  • Différences idéologiques : Le fait d’avoir des croyances et des valeurs politiques, religieuses, culturelles ou sociales différentes de celles des autres peut vous amener à éprouver de la colère, voire de la haine, à l’égard de ceux que vous considérez comme étant « contre » vous, explique Kristen Farrell Turner, PhD, psychologue et éducatrice au Pritikin Longevity Center. Selon Mme Turner, la mentalité du « nous contre eux » peut provoquer des sentiments de colère et de haine.

je ne supporte plus les gens, 8 façons d’y faire face

faire face à quelqu'un que vous ne supportez pas

Si tu dois interagir, alors protège au moins ta santé émotionnelle.

Pour beaucoup d’entre nous, l’idéal serait de ne pas avoir à interagir du tout avec ces personnes. Mais non seulement cette mentalité pourrait conduire à une polarisation politique et un tribalisme accrus dans notre culture, mais ce n’est tout simplement pas une notion pratique pour la grande majorité d’entre nous. Qu’il s’agisse d’un mariage avec un invité que vous ne supportez pas, d’un arrangement de garde en cours avec votre ex ou d’un travail quotidien avec un patron qui vous donne envie de crier, il existe quelques principes fondamentaux que nous pouvons utiliser comme outils pour traverser ces interactions de manière plus saine :

1. Ayez un plan clair et répétez-le mentalement.

Les données montrent depuis longtemps que la prévisibilité et le contrôle peuvent atténuer notre réaction physique au stress et les sentiments de contrariété qui y sont associés. Sans être rigide au point d’être déstabilisé si les choses ne se passent pas exactement comme prévu, élaborez une stratégie spécifique qui décrit le déroulement de votre interaction. Combien de temps durera-t-elle ? Quelles sont vos échappatoires, mentalement et logistiquement ? Quels sont les moyens de changer brièvement de sujet ou de mettre fin à la conversation que vous pouvez utiliser pour vous retirer poliment d’une mauvaise situation ? Comme pour tout grand projet susceptible de mal tourner, vous vous rendrez service en vous préparant de manière adéquate aux différentes possibilités.

2. Prenez soin de vous à l’avance.

Toute interaction difficile est d’autant plus difficile à supporter que votre résistance est faible. Vous avez probablement des exemples de moments dans votre vie où vous avez géré quelque chose de bien pire à cause d’un manque de sommeil. Ou peut-être que lorsque vous ne faites pas assez d’exercice, vous vous sentez nerveux, avec une énergie refoulée qui ne sait pas où aller. Préparez-vous à ces interactions, qu’il s’agisse de situations continues ou ponctuelles, comme un athlète de haut niveau qui se lance dans un combat sportif. Mangez bien, pratiquez la pleine conscience, bougez votre corps et veillez à dormir suffisamment. Cela ne peut que vous rendre plus fort et mieux préparé à tolérer des conditions défavorables et à garder votre résilience intacte.

3. Soyez attentif à votre corps physique.

Les personnes qui parviennent le mieux à garder la tête froide dans des situations émotionnellement difficiles sont souvent celles qui connaissent le mieux leur corps. Passez du temps à prêter réellement attention à votre corps lorsque vous êtes contrarié : Comment ressentez-vous votre colère ? S’agit-il d’une chaleur dans votre poitrine, d’une tension dans vos muscles, ou peut-être d’un élancement dans votre mâchoire ? Comment ressentez-vous l’anxiété – une respiration rapide, un estomac qui se retourne, des picotements dans les mains ou une douleur dans le cou ? Tous ces symptômes physiques sont des exemples de réactions courantes à l’anxiété ou à des situations génératrices de colère. Et tous ont également des moyens physiques de les atténuer – de la respiration diaphragmatique aux étirements du cou, de la relaxation musculaire progressive aux frottements des tempes. Essayez ce qui fonctionne sur le moment pour atténuer ces signes physiques d’excitation, afin de vous sentir moins en colère et moins anxieux mentalement.

4. Ne personnalisez pas.

Parfois, nous ne supportons pas une personne parce que nous ne supportons pas la façon dont elle nous fait nous sentir. Nous nous sentons rabaissés par elle, ou nous avons l’impression qu’elle juge notre nature profonde : Elle nous fait sentir que nous ne sommes pas assez bons, ce qui nous blesse et nous met en colère. Il est normal que nous n’aimions pas être mal aimés ; cela nous dérange si nous pensons que quelqu’un a un problème avec nous. Mais que se passerait-il si vous étiez capable de séparer le jugement que quelqu’un porte sur vous du jugement que vous portez sur vous-même ? Que se passerait-il si vous étiez capable d’accepter que certaines personnes sont en colère et critiques pour leurs propres raisons – et que la recherche a réellement vérifié l’idée que « ceux qui se détestent vont détester » ? Oui, un sous-ensemble de personnes a vraiment un problème avec presque tout et tout le monde. Il est impossible de faire plaisir à ces personnes. Essayez de vous donner la liberté de ne pas personnaliser la situation : peut-être que cette personne ne vous aime pas à cause de ce qu’elle est, et non de ce que vous êtes. Alors pourquoi dépenser de l’énergie mentale pour réagir ?

5. Souvenez-vous que vous êtes aimé.

Des recherches intriguantes ont suggéré que lorsque nous visualisons, même brièvement, le fait d’être soigné et aimé, cela aide à neutraliser et à réduire notre sensibilité à la menace. En d’autres termes, le simple fait d’imaginer une scène d’amour et de soins, ou quelqu’un qui vous aime et prend soin de vous, peut vous aider à vous sentir moins déclenché et moins en colère par une personne qui vous menace. La prochaine fois que vous devrez supporter le contact avec une personne dont la seule présence vous met sur vos gardes et vous fait dresser les cheveux sur la tête, pourquoi ne pas essayer de vous visualiser en sécurité en compagnie d’une personne que vous aimez et qui prend soin de vous ? Cela pourrait vous détendre suffisamment pour éviter d’envenimer un conflit ou de faire dégénérer une situation tendue.

6. Essayez la compassion.

Il s’agit d’une technique mentale qui est parfois utilisée dans les programmes en 12 étapes : Au lieu de vous laisser envahir par des sentiments de douleur ou de colère à l’égard de quelqu’un, essayez de lui envoyer des pensées de compassion. Peut-être que cette personne est odieuse parce qu’elle a eu une vie incroyablement douloureuse. Votre patron est peut-être irritable et impossible à rendre heureux parce que sa mère est malade. Votre belle-sœur a peut-être toujours été froide avec vous parce qu’elle a lutté toute sa vie contre la dépression et qu’elle est jalouse de votre mariage heureux. Peut-être que le pinaillage de votre voisin provient d’un état constant d’anxiété. Se rendre dans un lieu de bonté peut être aussi simple que de choisir le mantra « Je leur envoie de la bonne volonté », plutôt que de se rendre dans un lieu de souffrance. Il existe des preuves solides que l’envoi de pensées de miséricorde et de bonne volonté peut contribuer à atténuer les sentiments de colère et de haine. Il ne s’agit pas de pardonner à la personne – bien que cela puisse aussi être utile. Lorsque vous éprouvez ces sentiments furieux sur le moment, il s’agit de choisir quelques instants pour leur envoyer de la gentillesse à la place, en réchauffant votre propre cœur par la même occasion.

7. Respectez vos limites.

Parfois, la pire partie d’une interaction avec une personne que nous n’aimons pas vient du fait que nous nous sentons écrasés après coup. Nous pouvons ressasser la conversation encore et encore, en nous reprochant de ne pas nous être défendus ou d’avoir accepté quelque chose que nous ne voulions pas faire. Ou peut-être que cette personne nous a fait participer à des ragots ou à une autre activité avec laquelle nous ne sommes pas d’accord. Soyez plus clair avec vous-même à l’avance sur ce que vous considérez comme acceptable ou non en termes de comportement. Vous ne pouvez pas contrôler les autres, mais vous pouvez minimiser le sentiment d’être exploité. Déterminez ce que vous ne voulez pas voir se produire dans l’interaction, et tenez-vous-en à cela. C’est essentiel pour éviter de les laisser envahir vos pensées pendant des heures, voire des jours, par la suite.

8. Engagez un camarade.

Depuis les études classiques de Stanley Schachter sur l’affiliation sociale dans les situations anxiogènes, nous savons que, pour certaines personnes, être entouré de quelqu’un d’autre peut rendre une situation stressante plus facile à gérer. Ainsi, si vous devez côtoyer une personne que vous n’aimez pas, il est probable que vous pourriez être aidé par la présence d’un camarade, en particulier quelqu’un en qui vous avez confiance et qui représente une présence réconfortante. Même s’il ne s’agit pas d’une personne dont vous êtes proche sur le plan émotionnel, la présence d’une autre personne pour vous distraire ou pour vous aider sur le plan logistique en vous aidant à vous échapper peut parfois faire des merveilles.

Les conséquences de la haine envers tout le monde

femme qui ne supporte pas son collègue

Turner décrit comment la haine peut nuire à votre santé mentale et physique.

Impact sur la santé mentale

La haine est un sentiment très extrême qui, par rapport à d’autres sentiments désagréables souvent associés, comme la colère ou la frustration, laisse peu de place, voire aucune, à la connexion ou à l’empathie.

De plus, la haine envers les autres vous prive d’expériences de vie agréables. Non seulement la haine exige une grande quantité d’énergie cognitive et émotionnelle, mais elle vous empêche également d’entrer en contact avec les autres et d’enrichir votre vie.

KRISTEN FARRELL TURNER, PHD

La haine peut également impliquer un sentiment de dégoût, et si vous êtes dégoûté par tout le monde, vous ne voulez rien avoir à faire avec eux. Lorsque vous éliminez la connectivité et l’empathie, vous réduisez définitivement vos possibilités d’adaptation cognitive et émotionnelle.

Impact sur la santé physique

La haine est un sentiment pénible qui requiert beaucoup d’énergie émotionnelle. Les sentiments de détresse incitent souvent les gens à adopter des comportements d’autosatisfaction malsains, comme manger des aliments réconfortants ou consommer de l’alcool ou d’autres substances pour supprimer et éviter leur détresse.

Ces sentiments peuvent également être associés à une tendance à se retirer d’activités saines, comme faire de l’exercice et passer du temps avec des amis et des membres de la famille qui les soutiennent.

Supposons également qu’une personne éprouve souvent un sentiment de haine, associé à la réaction de lutte ou de fuite du système nerveux sympathique. Dans ce cas, cette personne pourrait éventuellement subir certaines conséquences à long terme du stress chronique, comme une inflammation systémique.

Ainsi, que ce soit par le biais d’un auto-apaisement malsain pour faire face au sentiment ou par l’activation à long terme du système nerveux sympathique, le fait de ressentir de la haine envers les autres de façon chronique peut avoir des effets néfastes sur votre santé.

Stratégies d’adaptation

Learn How to Make the Right Impression & Master Non Verbal Signals

Turner suggère quelques stratégies qui peuvent être utiles si vous avez l’impression de ne plus supporté les gens :

  • Évitez de penser tout ou rien : Si votre haine envers les autres découle d’un désaccord avec eux sur un sujet précis, essayez de vous rappeler que vous pouvez être en désaccord – et même en colère – avec les autres sans les haïr. Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas du tout d’accord avec les croyances ou le comportement de quelqu’un que cette personne est entièrement mauvaise. Ce type de pensée s’appelle la pensée du tout ou rien, et elle est irrationnelle. Rappelez-vous que vos sentiments de haine portent sur le problème et non sur la personne.
  • Évitez de généraliser : Si votre haine envers les autres se concentre sur un groupe de personnes, comme les personnes d’une certaine race, région ou religion, votre pensée est irrationnelle parce que vous généralisez. Vous mettez tout un groupe de personnes dans une catégorie « mauvaise » et vous faites des suppositions à leur sujet sur la base d’une caractéristique démographique.
  • Pratiquez l’empathie : La nuance et l’empathie sont des antidotes aux pensées irrationnelles. Il est important de comprendre que personne n’est tout à fait bon ou tout à fait mauvais. Se mettre à la place de quelqu’un d’autre, même si ce n’est pas toujours facile, peut contribuer à accroître l’empathie et à réduire la haine. Tout comme vous avez vos raisons pour vos croyances et vos comportements, les autres en ont aussi.
  • Donnez la priorité aux soins personnels : Il est important de donner la priorité à vos besoins et de prendre soin de vous. Par exemple, si vous êtes stressé, vous devrez peut-être apporter des changements à votre vie pour mieux y faire face. Ou, si vous êtes introverti, vous devrez peut-être fixer des limites qui vous aideront à vous sentir plus à l’aise.
  • Suivez une thérapie : La thérapie peut vous aider à explorer vos sentiments et à comprendre pourquoi vous détestez tout le monde. Elle peut également vous aider à faire preuve de plus d’empathie, à établir des relations saines et à développer d’autres techniques d’adaptation.

je ne supporte plus mon mari

Avant toute chose, s’il y a bien une chose à faire, c’est d’identifier, de connaître et de comprendre les raisons de votre agacement. Et leur degré d’importance. Quelles sont ces choses que vous ne supportez plus ? A quel point cela vous agace-t-il ? S’agit-il d’une simple contrariété ou cela génère-t-il chez vous des sensations et des émotions plus graves ? Dégoût, colère, tristesse ?

Que devez-vous faire pour trouver une relation heureuse ?

Travail sur soi

Pour une réaction adaptée, vous devez d’abord faire un travail sur vous-même, avant de blâmer votre partenaire et de lui faire porter le chapeau. Oui il a des torts, mais partez de vous, de vos sentiments intérieurs pour comprendre ce qui se passe.

L’important est d’écouter son intérieur, de se calmer, d’identifier ses besoins et ses attentes. Se comprendre pour mieux réagir et communiquer positivement afin d’être entendu.

Il est nécessaire d’être seul, de réfléchir à sa propre situation et de prendre des décisions. Si rien ne va plus dans votre couple, pourquoi ne pas partir quelques jours avec votre famille ou vos amis, histoire d’y voir plus clair ?

Je ne supporte plus mon mari : une responsabilité souvent partagée

L’important est de se donner le temps de regarder sa vie de couple, avec un observateur et non un juge, pour faire le point sur les torts et les responsabilités de chacun. Relativiser les fautes de l’autre et se regarder gentiment en face est un bon début.

Il faut admettre que cette situation négative, cette impasse dans laquelle vous vous trouvez, est le résultat de vos interactions avec l’un et l’autre.

Pour en sortir, en douceur, il faut dépasser le fameux jeu du « c’est pas moi, c’est toi » et partager les responsabilités. En supposant que vous soyez ensemble dans ce désordre, vous êtes sur la bonne voie.

Écrivez-lui une lettre

Écrire une lettre à votre mari, pour lui dire ce que vous avez sur le cœur, est un bon moyen de désamorcer la situation. Ce que vous aimez et ce qui vous agace chez lui, ses défauts comme ses qualités, ce que vous voulez et ce que vous proposez pour une vie de couple plus sereine….

Ce sera une bonne base pour entamer une discussion calme et constructive avec lui, afin de redéfinir ensemble ce que vous souhaitez pour votre mariage.

Une communication positive

Ne tergiversez pas trop longtemps, il faut crever l’abcès et aborder le problème. Dire les choses est important, être ouvert et partager ses sentiments pour identifier le malheur les yeux dans les yeux est la solution essentielle.

Si la situation s’améliore à la fin de vos échanges, il ne faut pas croire que tout est résolu. Une fois la crise révélée au grand jour, il est essentiel de se mettre d’accord et de se faire confiance. Ensemble, il faut faire table rase du passé et réorganiser votre vie de couple afin de repenser votre relation.

Multipliez les activités ensemble, ayez de vrais moments à deux à la maison, faites des efforts sur les tâches de la vie quotidienne . En fonction des points à améliorer, vous pouvez tout imaginer pour raviver la complicité entre vous.

La thérapie conjugale

Si, au contraire, vous vous sentez désemparée et incapable de bien communiquer avec votre mari, une bonne option serait de faire appel à un thérapeute de couple. Un professionnel pourra vous accompagner dans la reprise du dialogue et la constitution d’un nouveau départ pour une relation plus épanouissante, plus alignée sur vos valeurs et vos besoins à chacun.

Dans tous les cas, si vous aimez toujours votre mari et que votre union vous tient à cœur, le dialogue est essentiel, peu importe la manière. Persévérance, patience, bienveillance et action sont les maîtres mots. Des deux côtés !

Et si c’était trop tard ?

Si après tous ces efforts, vous ne parvenez pas à renouer avec votre conjoint. Vous devez vous poser la question fatidique : notre mariage peut-il être sauvé ?

Très souvent, les signes ne trompent pas. Si votre mari ne change pas, continue à ne pas faire attention à vous, qu’il ne s’investit pas malgré vos efforts. Si les gestes d’affection et d’intimité sont inexistants, il est temps de dire STOP !

Vous êtes malheureuse et vous avez tout essayé mais rien ne fonctionne. De plus, vous ne pouvez plus vous projeter dans l’avenir avec lui. La séparation doit être envisagée. Une décision difficile surtout s’il y a des enfants, mais qui s’impose car il est essentiel pour vous d’être heureuse dans le futur, avec ou sans lui.

je ne supporte plus mes enfants

Les parents ne veulent pas admettre une vérité désagréable : parfois, ils n’aiment pas leur enfant. Si vous ressentez cela et que vous avez peur, ce n’est pas grave. L’éducation d’un enfant est un défi et est souvent source d’émotion, surtout lorsque nos enfants sont rebelles, irrespectueux ou ne sont pas ce que nous voulions qu’ils soient.

Nous avons tous des attentes quant à la façon dont nos enfants devraient grandir et se comporter, et lorsque ces attentes ne sont pas satisfaites, cela peut être très douloureux. Votre enfant n’est peut-être pas la personne que vous pensiez qu’il serait : il n’est peut-être pas assez scolaire ou extraverti, ou bien il est négatif et aime se plaindre.

Au lieu de vous sentir bouleversé et coupable, il existe des moyens de construire une relation plus saine avec votre enfant et d’aimer ce qu’il est. Voici quelques conseils.

Reconnaissez vos sentiments

Ne repoussez pas vos sentiments parce que vous vous sentez coupable ou que vous pensez que c’est mal de ne pas aimer votre enfant. Vous n’avez pas besoin d’aimer la vérité émotionnelle – vous devez seulement l’assumer. Le changement ne peut pas commencer tant que vous n’êtes pas honnête avec vous-même sur ce que vous ressentez. Demandez-vous : « Qu’est-ce que je ressens et pourquoi ? »

Il est important d’accepter le fait que vous n’aimerez pas toujours vos enfants – et qu’ils ne vous aimeront pas toujours.

Identifiez la cause de vos sentiments

Prenez le temps de réfléchir à la cause profonde de vos sentiments. Des influences extérieures affectent-elles le comportement de votre enfant, comme des problèmes à l’école ? Ou s’agit-il plutôt de vos attentes préconçues ?

Peut-être n’aimez-vous pas votre enfant parce qu’il est si différent de vous. Ou peut-être n’aimez-vous pas votre enfant parce qu’il se comporte mal, qu’il est provocateur et oppositionnel et qu’il sème la pagaille dans votre foyer. Ce sont là des raisons compréhensibles de ne pas aimer votre enfant. Pourquoi aimeriez-vous aimer quelqu’un qui vous traite mal ?

Si c’est le cas, essayez de vous rappeler que c’est le comportement que vous n’aimez pas, pas l’enfant. Nous pouvons aimer nos enfants et détester leur comportement, mais parfois les deux s’entremêlent.

En y regardant de plus près, vous pouvez vous rendre compte que le fait de ne pas aimer votre enfant vous concerne plus qu’il ne le concerne, car il s’agit de votre réaction à son comportement.

Parfois, en tant que parents, nous sommes déclenchés par des souvenirs de notre propre enfance, ce qui provoque des sentiments d’inadéquation, de peur ou d’anxiété. Nous projetons alors ces sentiments sur nos enfants. Par exemple, si vous avez été fortement critiqué dans votre enfance parce que vous n’aviez pas un excellent bulletin scolaire, vous êtes peut-être dur avec votre enfant lorsqu’il n’obtient pas un A de moyenne. Soyez conscient de ce fait et ne le laissez pas contrôler votre éducation.

Soyez à l’affût d’autres facteurs qui peuvent contribuer à vos sentiments. Par exemple, votre enfant peut être pris entre vos difficultés et celles de votre co-parent. Peut-être que votre co-parent (ou vous) ne tient pas votre enfant responsable de son comportement.

Gérez vos attentes

Acceptez votre enfant tel qu’il est, et vous pourrez progresser vers une meilleure relation. Si votre enfant ne correspond pas à vos attentes, gérez-les.

N’oubliez pas qu’en fin de compte, la seule personne que vous pouvez contrôler, c’est vous. Apprenez à trouver l’espace entre l’action de votre enfant et votre réaction. C’est là que vous pouvez apprendre à être un parent calme et à rester émotionnellement séparé. Quelle que soit la façon dont votre enfant agit, promettez-vous d’essayer de rester calme.

Apprenez à mieux connaître votre enfant

Prenez le temps de faire quelque chose d’amusant. Apprenez ce que votre enfant aime et n’aime pas et ce qui le fait vibrer. Essayez d’écouter sans juger – les enfants sont plus susceptibles de réagir négativement lorsqu’ils se sentent examinés. Votre enfant appréciera la possibilité de s’ouvrir et de vous dire ce qu’il ressent.

Restez positif

Parlez à vos enfants comme si vous les aimiez, même lorsque vous leur dites « non » ou leur donnez des conséquences. Ne faites pas la grimace et parlez d’un ton doux qui leur fait comprendre que vous vous souciez d’eux. Il peut être difficile de rester positif, surtout lorsque vous êtes frustré et que votre enfant a été irrespectueux.

Néanmoins, soyez aussi positif que possible lorsque vous traitez avec eux, car ils captent rapidement les sentiments négatifs et les intériorisent – ou se rebellent contre eux de manière agressive. Et n’oubliez pas que l’expression de votre visage et le ton de votre voix en disent plus long que vos paroles.

Concentrez-vous sur ce qui est bien et commencez à construire sur ce qui est bon. Ne soyez pas obsédé par les aspects négatifs et n’essayez pas de changer la personnalité de votre enfant. Vous aurez une meilleure relation si vous essayez de féliciter votre enfant et d’affirmer son bon comportement. Parfois, en tant que parents, nous sommes trop automatiques dans nos jugements. Faites un effort pour surveiller ce que vous dites. N’oubliez pas : votre enfant a besoin d’un coach, pas d’un critique.

Enfin, apportez plus de gaieté et moins de sérieux à vos interactions. Reconnaissez que votre enfant a peut-être un problème, mais que ce sont vos interactions qui ont conduit à votre sentiment d’aversion. Essayez de l’accepter tel qu’il est et de l’aimer sans vous en préoccuper outre mesure.

Engagez-vous à ne pas critiquer

Voici une astuce qui fonctionne pour moi. Je me lève le matin et je me dis : « Bon, aucune critique ne doit sortir de ma bouche aujourd’hui. » J’en fais une pensée et une activité très conscientes. C’est tellement automatique pour certains d’entre nous de critiquer, et la moitié du temps, nous ne savons même pas que nous le faisons. Alors faites-en un effort conscient.

Remarquez quand votre enfant fait quelque chose de bien. Soulignez les points forts de votre enfant et décrivez ce que vous voyez. Par exemple, vous pouvez dire :

« On aurait dit que tu étais sur le point de crier sur ton frère, mais j’ai remarqué que tu t’es ressaisi et que tu es parti. Comment as-tu fait cela ? C’était impressionnant ».

Si vous parvenez à faire cela, cela vous aidera tous les deux à vous apprécier mutuellement.

Lorsqu’il y a un conflit de personnalité avec votre enfant

Et si vos personnalités s’opposent tout simplement ? Votre enfant n’est peut-être pas un ami que vous auriez choisi. Vous êtes peut-être trop différents ou trop semblables. Les problèmes commencent lorsque vous êtes déçu par quelqu’un et que vous essayez de le changer d’une manière ou d’une autre. C’est alors que le cycle négatif commence.

N’oubliez pas que votre enfant n’est pas votre ami. Votre rôle de parent est unique, et vous pouvez être amical sans être nécessairement un ami.

Comprendre que vous n’êtes pas obligé d’être l’ami de votre enfant peut vous aider à accepter qui il est et à l’accepter.

Résumé

Ressentir fréquemment de la colère, de la frustration ou de l’inconfort peut vous donner l’impression de ne supporter personne. Ces émotions peuvent avoir des répercussions sur votre santé mentale et physique et vous rendre la vie beaucoup moins agréable. Pratiquer l’empathie peut vous aider à changer votre état d’esprit et à rendre les choses plus agréables pour vous.

Articles sponsorisés

Continuer à lire

Articles similaires

5 exercices pour éviter que les pieds ne gonflent en vol

Horoscope hebdomadaire : 25 septembre au 1er octobre 2022

Outer Banks revient pour la saison 3 : voici tout ce que l’on sait

Découvrez nos produits

Nouveautés

appareils anti ronflement

Neti Pot en céramique

34.99
-33%
49.99
-44%
99.75
-50%
49.99
-46%
64.99
-23%
84.99
0
    0
    Panier
    Le panier est vide Retourner à la boutique